SERLIO (S.)


SERLIO (S.)
SERLIO (S.)

SERLIO SEBASTIANO (1475-env. 1554)

Architecte et théoricien de l’architecture italien. Il fut l’élève à Rome de Baldassare Peruzzi qui lui légua ses notes et ses dessins. À Venise, où il se rendit sans doute après le sac de Rome de 1527, Serlio fut bien accueilli dans le milieu savant de Trissino, d’Alvise Cornaro, de Titien; on le consultait comme un expert; l’Arétin l’admirait sans réserve. Sur la foi de sa réputation, François Ier l’attira en France où il se rendit vers 1541. Cellini, qui l’y rencontra, le mentionna plus tard dans son traité sur l’architecture, mais en le donnant pour un plagiaire sans envergure. L’accusation fit long feu et reparut, particulièrement virulente, sous la plume de Lomazzo (Idea del tempio della pittura , 1590, chap. IV). Quant à Vasari, il a gardé sur Serlio un étrange silence. Les Français — Delorme, Philandrier, Goujon — le citent respectueusement mais brièvement. Serlio d’ailleurs s’est plaint lui-même qu’à la cour de France on n’ait eu guère recours à ses lumières. Il mourut à Fontainebleau, après une vieillesse difficile: quelques années auparavant, à Lyon, il avait dû vendre des fragments encore inédits de son traité sur l’architecture.

On signale peu de réalisations à l’actif de Serlio: quelques travaux à Venise, au palais Zeno (1531) et dans la salle du scrutin du palais des Doges (un plafond disparu), à Vicence au palais Migliorini ainsi qu’à la Casa Porto, où il édifia en 1539 un théâtre provisoire; à Thiene, on lui doit le campanile du Dôme; en France, il donna des dessins pour l’hôtel de Ferrare à Fontainebleau et pour le château d’Ancy-le-Franc (env. 1546). Son traité demeure l’essentiel de son œuvre. Il en commença la publication à Venise en 1537 et ne cessa d’y travailler jusqu’à sa mort. La forme en était très neuve: au lieu d’un discours suivi, accessoirement illustré de quelques planches, c’est une série de gravures commentées. Pour chaque édifice envisagé, on trouve un plan, une élévation, parfois même des coupes et des détails de modénature. Le texte en regard précise les rapports numériques, les modes d’assemblage ou la distribution des lieux. La démarche est empirique, les buts pratiques. Serlio y donne nombre de «recettes» commodes: comment déterminer un ovale, doubler une surface donnée, etc. Tout un livre, le septième, est consacré aux problèmes concrets posés par la restauration des vieux édifices, par l’adaptation des sites défavorables et par toutes sortes d’«accidents». Rien donc qui rappelle le traité systématique d’Alberti ou les spéculations de Filarète et de l’auteur du Songe de Polyphile . On s’attache facilement pourtant à cet ouvrage, élaboré durant de longues années, et où se lisent parfois, en filigrane, des aveux autobiographiques: d’un livre à l’autre, Serlio se montre différent, influencé par des fréquentations variées, diversement préoccupé. Au livre II, sur la perspective, il se laisse aller à des souvenirs de jeunesse: car, fils d’un peintre de Bologne, Serlio commença par être lui-même peintre en perspectives; et c’est par ce biais qu’il aborda l’architecture, à l’instar — il se plaît à le souligner — de Peruzzi, de Genga et même de Bramante. Vers 1511-1515, il séjournait à Pesaro, et c’est sans doute à cette époque qu’il fréquenta la cour d’Urbin, dont les divertissements et les pastorales lui ont laissé un souvenir ébloui; passionné de théâtre, c’est avec un plaisir évident qu’il clôt son cours sur la perspective par des considérations sur les décors de la scène et ses trucs. Au livre III, c’est l’élève de Peruzzi qui nous apparaît, engagé dans l’étude approfondie de Vitruve et des ruines romaines: une autre période de sa vie. Tandis que la curiosité de Serlio et ses facilités d’assimilation se découvrent davantage dans les livres VI et VII où il confronte et médite les types d’architecture domestique de France et d’Italie, de Paris et de Venise. Les dates et l’ordre de publication des différents livres sont d’ailleurs significatifs: le livre IV, sur les ordres classiques, le premier achevé, fut aussi le premier publié, à Venise, en 1537; puis Serlio, s’aidant des matériaux rassemblés par Peruzzi, vint à bout du troisième livre sur les antiquités, qu’il publia en 1540. Les livres I et II (géométrie et perspective) sortirent à Paris en 1545, suivis du livre V (modèles de temples) en 1547. Le livre VII (des accidents), qu’il vendit à l’antiquaire Jacopo Strada de passage à Lyon, ne parut qu’après sa mort, en 1575, à Francfort.

Ces six livres (I, II, III, IV, V, VII) avec un autre livre extraordinaire contenant exclusivement des modèles de portes monumentales et paru à Lyon en 1551, constituèrent jusqu’à nos jours tout l’œuvre (Tutte l’opere d’architettura ) de Serlio. Le succès en fut immense dans toute l’Europe. Les premières traductions et rééditions partielles datent du vivant de l’auteur. En 1584, Scamozzi publia à Venise la première édition complète; il y en eut d’autres en 1618-1619 et en 1663. L’attitude antiphilosophique de Serlio, sa méfiance à l’égard des considérations théoriques, sa démarche de pédagogue, qui lui furent souvent reprochées par les théoriciens et par les critiques, contribuèrent sans nul doute au succès de son traité, facile à consulter et bourré de dessins et d’indications pratiques immédiatement exploitables. Une masse de relevés d’après l’antique et d’après des édifices modernes remarquables se trouva mise ainsi en circulation. Serlio, en outre, a multiplié les inventions. Il prône rarement telle forme en soi et se montre plutôt attentif à l’agencement des parties, sensible aux incidences de la lumière sur les volumes. Il met en œuvre le vocabulaire classique mais en variant, multipliant, déformant même les membres architectoniques, en les entremêlant de motifs naturalistes (Serlio avait une prédilection pour l’appareil rustique). Cette mise en question de l’héritage de la Renaissance était le fait de l’Italie de son temps et les méthodes d’investigation auxquelles il recourt ne lui appartiennent pas en propre mais procèdent directement des expériences de Jules Romain. Ni précurseur ni révolutionnaire, Serlio fut un excellent vulgarisateur et ses livres firent beaucoup pour l’établissement en Europe d’un style maniériste international. Certaines de ses trouvailles furent largement adoptées: ainsi la serliana , type de fenêtre tripartite, dérivé de l’antique, et que Palladio devait fréquemment utiliser.

Les livres VI et VIII du traité de Serlio, probablement vendus à Strada, étaient restés inédits. Partie au moins du dernier, un traité de castramétation (l’art des camps) a été retrouvé à Munich. Mais la découverte la plus sensationnelle est celle du sixième livre dont on connaît aujourd’hui deux versions manuscrites conservées l’une à Munich (Staatsbibliothek) et l’autre à l’université Columbia à New York. Le manuscrit de Munich a été publié en 1966, à Milan, par les soins de Marco Rosci. Serlio s’y montre sous un jour nouveau, préoccupé de dresser une typologie de l’habitat considéré dans son ensemble, depuis la petite maison des champs jusqu’au palais du roi. Les questions les plus diverses retiennent son attention: problèmes d’urbanisme, types et répartition du décor, distribution et commodité des logis. Certains de ses projets, où il s’efforce de concilier la manière française et la manière italienne, constituent de véritables anticipations. Sur une idée traditionnelle — le principe d’un classement des types d’architecture domestique en fonction du rang social des habitants était déjà indiqué chez Vitruve —, Serlio a fait œuvre originale. Les architectes sociologues du XXe siècle reconnaissent en lui un précurseur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Serlio — (izg. sérlio), Sebastiano (1475 1554) DEFINICIJA talijanski kasnorenesansni i maniristički graditelj i teoretičar arhitekture; dvorski graditelj u Fontainebleauu; teoretski spisi u sedam svezaka u kojima je cijelu Europu upoznao s Vitruvijevim… …   Hrvatski jezični portal

  • Serlio — Serlio, Sebastiano …   Enciclopedia Universal

  • Serlio — Sebastiano Serlio (* 6. September 1475 in Bologna; † ca. 1554 in Fontainebleau) war ein italienischer Architekt und Architekturtheoretiker. Durch seinen Traktat Sieben Bücher zur Architektur wurde er zum einflussreichsten… …   Deutsch Wikipedia

  • Serlio — Sebastiano Serlio Façade d église (1537) de Serlio, un modèle qui se maintiendra jusqu au XVIIIe siècle. Sebastiano Serlio (Bologne 6 septembre 1475 Fontainebleau 1554) est architecte …   Wikipédia en Français

  • Serlio — Sẹrlio,   Sebastiano, italienischer Baumeister und Bühnenbildner, * Bologna 6. 9. 1475, ✝ Fontainebleau oder Lyon 1554 oder 1555; war um 1514 in Rom Schüler und Mitarbeiter B. Peruzzis. Verließ Rom 1527 und kam 1528 nach Venedig, seit 1541 am… …   Universal-Lexikon

  • Serlio — /ˈsɛəljoʊ/ (say sairlyoh) noun Sebastiano /sɛbasˈtjanoʊ/ (say sebahs tyahnoh), 1475–1554, Italian painter and architect …   Australian English dictionary

  • SERLIO, Sebastiano — (1475 1554)    Born in Bologna, Sebastiano Serlio worked in Rome for the architect Baldassare Peruzzi until the city was sacked in 1527 by the army of Holy Roman Emperor Charles V. He then relocated in Venice, where he began writing a series of… …   Historical Dictionary of Architecture

  • Serlio, Sebastiano — (1475 c. 1553)    Architect from Bologna who trained with Donato Bramante in Rome. After the 1527 sack of Rome, Serlio moved to Venice where he lived until 1541, when he was invited by Francis I of France to his court to act as advisor in the… …   Dictionary of Renaissance art

  • Serlio, Sebastiano — ▪ Italian architect born Sept. 6, 1475, Bologna [Italy] died 1554, Fontainebleau, France       Italian Mannerist architect, painter, and theorist, who introduced the principles of ancient Roman architecture into France.       Trained by his… …   Universalium

  • Serlio, Sebastiano — ► (1475 1554) Arquitecto italiano. Autor de Reglas generales de arquitectura, compendio de sus estudios de los órdenes arquitectónicos y planos de monumentos …   Enciclopedia Universal


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.